Le libre arbitre : fantasme ou réalité ?

Le cœur ne choisit jamais !

L’être humain serait doté d’un libre arbitre qui lui donnerait la liberté de choisir la direction de son existence ou encore de décider des conditions nécessaires à son bonheur ?! J’avoue que j’y ai cru pendant longtemps et cela jusqu’au jour où la Vie m’a violemment plaquée sur le sol, sans même que je ne puisse ni me battre, ni me débattre.

Quel choix ai-je fait à ce moment-là ? Aucun. Je n’ai fait aucun choix, car je n’avais pas le choix. Totalement terrassée, je me suis laissé traverser par un immense sentiment d’impuissance et c’est l’évidence qui s’est imposée à moi. Évidence tellement puissante qu’elle s’est accomplie sans que ma volonté mentale ne puisse intervenir en quoi que ce soit.  C’est ainsi que, grisée par un sentiment de joie et de légèreté, je me suis relevée pour emprunter la voie surprenante mais ô combien pétillante que la Vie venait de m’ouvrir.

 

Le cœur ne choisit jamais, il va toujours vers l’évidence et donc vers la vérité de notre nature profonde. Il nous ouvre à notre part sensible et intuitive et par « le bout du nez » il nous mène vers notre splendeur et notre divine folie. Parfois, il nous tire, il nous pousse quitte à nous bousculer pour nous faire abdiquer, mais c’est lui qui mène la danse de la Vie (E-vi-dence), car il en est l’essence.

 

N’avez-vous jamais vécu ce sentiment délicieux que « cela » se décide au-delà de vous, à travers vous sans avoir le choix ?  A bien y regarder, je m’aperçois combien les grands tournants de ma vie se sont toujours produit ainsi.

 

Le cœur ne choisit jamais.  Il dit OUI à ce qui Est, sans jugement, sans condition… Cependant la seconde d’après, le mental - régit par la peur et le besoin de sécurité - s’empresse de répondre :

  • ·      OUI, mais …

L'illusion du mental

Tant qu’on ne lui a pas précisé le contraire, notre mental, croit avoir une liberté de choix et donc un libre arbitre. D’ailleurs, souvent il nous « prends la tête » pour choisir ce qu’il croit être le meilleur, pensant naturellement que notre bonheur dépend de ses choix arbitraires. Arbitraires car en effet, considérer qu’il y a des choix meilleurs que d’autre revient à juger de ce qui est bien ou mal et conforte l’idée que nous pourrions nous tromper et donc être coupable de mal faire et par conséquent être rejeté, condamné au malheur et ne pas être aimé.

 

Mais d’une part, dès qu’il y a des attentes il ne peut pas y avoir de réelle liberté et d’autre part, sur le plan existentiel, quelle liberté avons-nous vraiment ? Nous sommes le produit d’une histoire intime et sociale qui nous dépasse, nous conditionne et détermine à notre insu, nos choix de vie. Notre libre arbitre est donc profondément imprégné par nos loyautés inconscientes, notre héritage culturel, nos codes sociaux, etc. C’est à dire, par des principes qui nourrissent une représentation étriquée de nous-même, la peur et l’illusion de la séparation.

 

Et enfin, déléguer notre bonheur au choix arbitraire de notre mental conditionné, consiste tout simplement à lui faire croire qu’il a le pouvoir de contrôler le cours de la Vie et que c’est lui qui mène la danse. Mais qui peut prétendre contrôler la Vie ? Il suffit d’observer l’état monde pour comprendre que plus nous cherchons à la contrôler, à la posséder, à l’enfermer et plus elle se rebelle jusqu’à devenir « diabolique » parfois et plus nous nous épuisons et plus nous souffrons. Quelle illusion et quelle perte d’énergie !

 

Pile ou face ?

Il n’y a pas plus énergivore que le déni de Soi, autrement dit le rejet de notre nature véritable : l’Amour.  D’ailleurs, du point de vue de cette conscience d’Amour, il n’y a pas de mauvais choix possible. Impartiale, la Vie suit son cours au-delà de la matière, du temps et de l’espace et qu’on le veuille ou non, inlassablement elle nous emmène vers la Vie. Quitte à nous plier, nous casser, nous morceler, la Vie nous veut Vivant et tout Amour avec elle, car elle est la seule réalité. Tout le reste est illusion.

 

Face à elle, la seule liberté que nous ayons est, soit d’aller dans son sens en entrant dans la danse de « l’évidence » et la joie d’Être ce que nous sommes, soit d’aller à contre sens en entrant dans la résistance et la souffrance de ne pas Être ce que nous sommes. Dans les deux cas, le flux de la Vie nous guide inexorablement vers notre essence profonde. Notre vraie liberté réside donc uniquement dans la relation que nous entretenons avec ce qui EST et non pas dans la maitrise de ce qui EST.

 

Alors, si vous pensez sincèrement avoir un choix à faire, je vous invite à observer si l’évidence se manifeste et sinon, ne perdez ni votre temps ni votre énergie : Jouer le à pile ou face !

 

Mary M’ – Consultante intuitive – www.lavienousaime.com - Redirection vers un article complémentaire https://www.lavienousaime.com/2018/10/09/doit-on-s-aimer-pour-%C3%AAtre-heureux/

Mary M' - 06 74 49 41 49

Pour m'écrire :

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.

Abonnez-vous à  ma chaine Youtube

Cliquez  sur  l'image ci-dessous pour accéder


Pour être sûre de recevoir mes courriers,

inscrivez ce mail dans vos contacts lavienousaime@gmail.com